Navegação – Mapa do site
Dossiê - Sob o signo da liberdade: o liberalismo peninsular

La diplomatie du libéralisme portugaiset la solidarité aristocratique internationale (1828-1832)

The diplomacy of portuguese liberalism and the International aristocratic solidarity (1828-1832)
La diplomatie du liberálisme portugais et la solidarité aristocratique internationale (1828-1832)
Grégoire Bron
p. 9-31

Resumos

Esse artigo adota uma perspetiva transnacional para estudar as atividades políticas dos liberais portugueses moderados no exílio durante o reino de D. Miguel (1828-1832), e em particular as do marquês de Palmela, chefe da emigração liberal. Abordando-as no contexto das solidariedades liberais internacionais cujo desenvolvimento é favorecido pelo exílio político, o objetivo é reavaliar a estratégia internacional de Palmela para restaurar o trono constitucional português, precisar a importância nela da diplomacia e propor uma análise do seu funcionamento tomando em conta a cultura política e as relações sociais dos diplomatas no estrangeiro. Pretende-se sublinhar também a contribuição da solidariedade internacional moderada para a vitória liberal na guerra civil de 1832-34.

Topo da página

Texto integral

  • 1 Isabel Nobre Vargues et Luís Reis Torgal, « Da revolução à contre-revolução : vintismo, cartismo, (...)
  • 2 Maurizio Isabella, Risorgimento in Exile. Italian Émigrés and the Liberal International in the Po (...)
  • 3 Vitorino Nemésio, Exilados, 1828-1832. História sentimental e política do liberalismo na emigraçã (...)
  • 4 O Palinuro, no 2, 7 août 1830 ; Coll., Portuguezes !, Paris, A. Mie, 1830 ; Anonyme, Segunda revolu (...)

1En 1828, quelques milliers de libéraux quittent le Portugal et émigrent en Angleterre, puis en France et en Belgique, fuyant le rétablissement de l’absolutisme par le coup d’état du prince D. Miguel. Celui-ci, régent du royaume, abolit la charte constitutionnelle octroyée en 1826 par son frère aîné, le roi D. Pedro IV, et renverse le trône parlementaire de la jeune reine D. Maria II, fille de D. Pedro, en faveur de laquelle celui-ci a abdiqué de la couronne portugaise pour conserver celle du Brésil. Pour les Portugais comme pour les libéraux de différentes origines qui, dans la première moitié du xixe siècle, en font également l’expérience, l’exil n’entraîne pas l’arrêt des activités politiques. Une fois à l’étranger, ils continuent de promouvoir leur cause en publiant journaux et pamphlets politiques et en conspirant pour préparer la révolution dans leur pays1. En outre, l’émigration favorise l’établissement de liens politiques avec les sociétés d’accueil et le développement d’une solidarité libérale internationale. Persuadés de partager un même idéal de liberté et de nation, les patriotes de différentes origines combattent un ennemi commun, l’Europe conservatrice du Congrès de Vienne et la Sainte-Alliance des Rois2. Les exilés portugais de 1828 en témoignent: ils participent à l’organisation des pronunciamientos par lesquels les libéraux espagnols espèrent rétablir le régime constitutionnel dans leur pays, ils montent sur les barricades parisiennes de Juillet 1830 et prennent les armes en Belgique en faveur de l’indépendance3. Ils affirment ainsi la place du Portugal dans la Sainte-Alliance des Peuples, que les patriotes de tous les pays prétendent opposer à la Sainte-Alliance des rois pour renverser l’Europe conservatrice des monarchies absolues et la substituer par une Europe des nations libérales4.

2Cependant, l’exil portugais de 1828 se trouve dans une situation singulière. Le coup d’état contre le trône constitutionnel d’une reine que tous les gouvernements du continent ont reconnue comme légitime a entraîné la fin des relations diplomatiques des puissances européennes avec le Portugal de D. Miguel et la rupture de celles entre les diplomates portugais et le gouvernement usurpateur. Alors que la plupart des Etats étrangers adoptent une position de neutralité entre les deux camps qui se disputent le trône portugais, les représentants de D. Maria n’abandonnent pas leur poste à l’étranger et continuent de défendre les droits de leur reine légitime et de son trône constitutionnel. Aussi, contrairement aux exilés libéraux espagnols et italiens, les Portugais disposent en exil d’une diplomatie, dirigée par le marquis de Palmela, titulaire de l’ambassade de Londres, la plus importante de la diplomatie portugaise, et bientôt d’un gouvernement. En effet, dès les premiers mois de 1829, Palmela crée une régence provisoire au nom de D. Maria II dont il prend la direction, et qui devient effective en mars 1830, lorsqu’il s’établit sur la petite île de Terceira aux Açores, seule parcelle de territoire portugais qui a résisté victorieusement au coup d’état miguéliste.

  • 5 Simão José da Luz Soriano, História da Guerra Civil e do estabelecimento do governo parlamentar em (...)
  • 6 Nemésio, Exilados..., cit ; Pinheiro, Passos Manuel..., cit.

3Le recours à la diplomatie et la création d’un gouvernement témoignent du modérantisme politique de Palmela et de sa volonté d’obtenir le soutien de l’Angleterre à la cause qu’il défend en se plaçant dans le cadre de la légalité internationale établie lors du Congrès de Vienne, que la plupart des libéraux européens appellent au contraire à renverser5. Maître d’oeuvre de cette politique portée par de zélés serviteurs de la couronne, le plus souvent nobles, qui ont acquis leur poste sous la monarchie absolue, Palmela suscite en conséquence une importante opposition au sein de l’émigration portugaise. Dirigés par le général comte de Saldanha, nombreux sont ceux qui le soupçonnet de viser plus au rétablissement du trône légitime qu’à celui du régime constitutionnel. Ils dénoncent dans le recours à la diplomatie une pratique secrète typique du despotisme monarchique qu’il faut substituer par la publicité des relations directes entre les Peuples, et considèrent les négociations avec Londres comme un marchandage humiliant de la liberté portugaise, qu’ils appellent au contraire à rétablir par la révolution, sans demander la permission de l’Angleterre. Bref, ils voient dans l’action de Palmela en exil l’expression d’une politique de cabinet d’Ancien Régime et non celle d’une puissance libérale6.

  • 7 Amália Vaz de Carvalho, Vida do duque de Palmela, D. Pedro de Sousa Holstein, Lisbonne, Imprensa (...)

4Pourtant, en termes de droit international, la légitimité des représentants de D. Maria à l’étranger, faible quand ils représentent une reine mineure et sans gouvernement, disparaît lorsqu’ils deviennent, à partir de 1830, les agents d’une régence qu’aucun Etat ne reconnaît, pas même la France après la Révolution de Juillet ou l’Angleterre après le retour des whigs au pouvoir à l’automne 1830. Aussi est-ce à titre privé, par courtoisie, que Palmela et ses collaborateurs sont reçus par les ministres des affaires étrangères européens, qui le leur font sentir7. Malgré leur différence de statut et de ressources, leur situation légale est la même que celle de tous les exilés qui cherchent à promouvoir leur cause depuis le pays où ils ont émigré. En outre, si la direction de l’exil portugais, en raison des modalités particulières du changement politique qui les a poussés à s’expatrier, a l’opportunité unique de recourir à la diplomatie, elle ne néglige pas non plus de tirer profit des autres ressources dont elle dispose à l’étranger, comme le font tous les exilés. En particulier, c’est bien sous cette direction modérée qu’est organisée en Angleterre, en France et en Belgique l’expédition armée qui porte en 1832 la guerre civile au Portugal. Sous les ordres de D. Pedro qui, chassé du Brésil par une révolution en 1831, remplace Palmela à la tête de la régence au nom de D. Maria et commande ses troupes, les libéraux défont les miguélistes par les armes en 1834. Or c’est par la mobilisation de réseaux de solidarité et d’amitié politique non officiels que l’organisation complètement illégale d’une telle expédition peut être menée à terme.

5L’objectif de cet article est en conséquence d’aborder l’action politique de Palmela en exil dans le contexte des solidarités libérales transnationales dont l’établissement est favorisé par l’émigration politique, et non dans la perspective des seules relations diplomatiques entre Etats. Il souhaiterait ainsi apporter une lumière nouvelle sur la contribution des élites libérales modérées de l’exil et de leurs réseaux de relations à l’étranger à la défense de la cause constitutionnelle portugaise. En présentant la stratégie globale élaborée à partir de 1828 par Palmela pour répondre au problème politique du libéralisme portugais, la première section soulignera sa dimension pragmatique et réaliste, plus qu’idéologique. Cela permettra de nuancer, dans le dispositif général des libéraux modérés, la place de la diplomatie, dont la deuxième section étudiera la fonction, en focalisant l’attention sur la culture politique et les relations sociales des diplomates. Enfin, la troisième section tentera d’évaluer l’apport de la diplomatie et, plus généralement, des réseaux transnationaux du libéralisme modéré, à la victoire constitutionnelle au Portugal.

Palmela et la stratégie internationale du libéralisme portugais modéré

  • 8 Béatrix d’Andlau (éd.), Correspondência. Mme de Staël-D. Pedro de Sousa, postface de Maria de Fát (...)
  • 9 Sur la pensée politique whig : John W. Burrow, Whigs and Liberals. Continuity and Change in Engli (...)
  • 10 Lettre de Palmela au comte de Linhares, in Carvalho, Vida do duque..., cit., vol. 2, pp. 107-109.

6Issu de la meilleure aristocratie portugaise avec des liens familiaux parmi la noblesse de plusieurs pays européens, diplomate de renommée européenne dont l’habileté a été reconnue par toutes les chancelleries lors du Congrès de Vienne, le marquis de Palmela a acquis, grâce aux relations européennes qu’il a tissées pendant plus de vingt ans de carrière diplomatique, de profondes convictions libérales. Ami de Mme de Staël, il séjourne à Coppet pendant deux mois en 1806, où il rencontre le groupe d’intellectuels qui entoure Germaine8. Ambassadeur à Londres de 1814 à 1820, puis de 1824 à 1830, il se lie d’amitié avec les whigs progressistes dont il adopte les conceptions politiques : Lord Holland, Lord Grey, Lord Brougham, Sir James Mackintosh, Lord Russell9. Fervent admirateur du modèle politique britannique où il voit la réalisation d’un parlementarisme modéré, capable de promouvoir les réformes réclamées par les progrès de la civilisation sans remettre en cause violemment les hiérarchies sociales, il est cependant convaincu que pour introduire des institutions similaires au Portugal, une charte constitutionnelle est nécessaire, ce qu’il a tenté d’obtenir de la monarchie absolue dès 1819. Persuadé, comme ses amis anglais, de l’arriération de son pays, il considère que « [Conservar a Carta é] a única esperança que nos resta, de ir gradualmente adquirindo a civilização necessária para ocupar um lugar decente na lista das nações10 ». Mais s’il représente ainsi un libéralisme modéré qui s’oppose aux croisades révolutionnaires au nom du peuple souverain, ce sont moins ces convictions politiques qu’une évaluation réaliste de la situation du libéralisme portugais qui le conduisent à insister sur la légitimité de la cause de D. Maria.

  • 11 Irene Oliván Castells, La utopía insurreccional del liberalismo. Torrijos y las conspiraciones libe (...)
  • 12 Albert Silbert, « La France et la politique portugaise de 1825 à 1830 », in Miriam Halpern Pereir (...)
  • 13 Paul W. Schroeder, The Transformation of European Politics, 1763-1848, Oxford, Clarendon Press 1994 (...)
  • 14 Soriano, História da guerra civil..., cit., troisième époque, vol. III, partie I, pp. 219-230.

7En effet, outre son opposition de principe à une expédition révolutionnaire, il est surtout persuadé qu’un coup de force contre D. Miguel entrepris par les seules forces des exilés libéraux pour provoquer un soulèvement du pays, tel que le réclament les radicaux de Saldanha, échouerait aussi sûrement que tous les pronunciamientos organisés depuis la France et l’Angleterre par les libéraux espagnols pour renverser Ferdinand VII11. Pour réussir, une expédition militaire destinée à rétablir la charte constitutionnelle au Portugal a besoin de l’appui ou du moins de la bienveillance de Londres. En effet, dans le système international du Congrès de Vienne, il est admis que le Portugal est un satellite de l’Angleterre, qui tient à exercer sur son allié une tutelle que les autres grandes puissances ne lui contestent plus12. Néanmoins, l’Angleterre est également l’un des cinq membres du concert européen, qui tente par la diplomatie de faire régner la paix entre elles13. A cet égard, la domination anglaise sur le Portugal lui impose également de veiller à ce que le pays ne devienne pas un foyer révolutionnaire capable de remettre en cause l’ordre international, notamment en favorisant une révolution en Espagne, où Londres n’exerce pas la même influence. Or la majorité des exilés affirment précisément qu’ils oeuvrent pour la cause universelle de la liberté, qui doit porter la révolution d’une nation à l’autre jusqu’à régénérer l’Europe. En outre, jusqu’en 1830, le gouvernement britannique est entre les mains de tories, extrêmement hostiles aux mouvements libéraux révolutionnaires européens et qui entament rapidement des négociations avec le gouvernement miguéliste pour régler la question portugaise14. Dans ces conditions, s’il veut obtenir l’appui de l’Angleterre, Palmela n’a pas le choix : il doit se revendiquer de la légitimité et se distancer de la révolution. En adoptant cette position légaliste, il espère d’ailleurs trouver d’autres défenseurs en Europe, et notamment en France, l’autre grande puissance régie par des institutions représentatives, qui comme l’Angleterre, accueille des exilés portugais qui alimentent l’opposition politique progressiste.

  • 15 Carvalho, Vida do duque..., cit., vol. 2, pp. 409-410.
  • 16 J.S. da Silva Dias, « A revolução liberal portuguesa : amálgama e não substituição de classes », (...)
  • 17 Lettre de Silva Carvalho à Palmela du 14 octobre 1830, publiée in António Vianna, José da Silva C (...)

8Mais Palmela est également conscient dès 1828 que, même bienveillante, aucune grande puissance n’interviendra directement au Portugal pour rétablir le régime constitutionnel15. Pour reverser D. Miguel, il faudra organiser une expédition militaire en recourant aux forces de l’exil portugais et du libéralisme international, de sorte qu’il ne peut pas non plus se permettre de passer pour un réactionnaire, ni de s’aliéner les révolutionnaires. Palmela a donc besoin d’une caution libérale, qu’il trouve en concluant une alliance avec les libéraux vintistas, anciens chefs de la révolution de 1820, dont José da Silva Carvalho, l’ancien « ministre des clubs » dans le gouvernement libéral de 1820-23, est la figure la plus prestigieuse. Ces libéraux, issus des élites bourgeoises intellectuelles d’Ancien Régime, évoluent, sous l’influence de Bentham et de Benjamin Constant, des positions démocratiques inspirées du droit naturel qu’ils avaient défendues lors de la première expérience libérale portugaise, vers le soutien au constitutionnalisme bicaméral et modéré de la charte de 182616. L’échec de la révolution de 1820 a dessillé leurs yeux sur les capacités révolutionnaires du peuple, dont ces intellectuels se sont toujours méfiés. Après le coup d’état absolutiste, ils ne voient de possibilité de restauration constitutionnelle que dans la stratégie de Palmela. « Tout autre [que lui] ne manquerait pas d’entraîner sa propre perte et celle de la liberté portugaise en moins de quinze jours », écrit Silva Carvalho17.

  • 18 Lettre de Silva Carvalho à Palmela, du 15 août 1830, ibid., vol. I, pp. 48-52.

9Le ralliement, souvent récalcitrant, des anciens démocrates de 1820, repose sur un pacte : ils acceptent de laisser la direction de l’émigration libérale à Palmela, contre la garantie qu’aucune concession ne sera faite aux puissances étrangères sur les institutions représentatives. En vertu de cet accord, que Silva Carvalho ne craindra pas de rappeler à Palmela dans les moments de crise18, les révolutionnaires de 1820 apportent leur soutien à la prise de pouvoir de l’ambassadeur à Londres, lorsqu’il crée la régence dont il se proclame président. L’empereur du Brésil, qui n’a aucune qualité pour le faire, ratifie la constitution de cette régence, que les radicaux de Saldanha dénoncent comme une seconde usurpation, mais à laquelle ils finissent cependant par obéir.

  • 19 C’est le cas du Português emigrado ou realista constitucional, rédigé par Marcos Vaz Preto à Plym (...)

10Une telle alliance permet de partager la tâche de la mobilisation politique internationale en faveur de D. Maria. Les anciens démocrates se chargent d’obtenir le soutien du mouvement libéral international. Ils mettent au service de Palmela et de la régence leurs nombreuses relations avec la génération révolutionnaire internationale de 1820, avec les radicaux britanniques, avec l’opposition française, avec l’exil espagnol et surtout avec les publications de tous ces courants politiques, qui servent leur propagande. Parallèlement à cette solidarité internationale révolutionnaire, Palmela tente de son côté de faire émerger une solidarité gouvernementale en faveur de D. Maria. Pour atteindre ce but, il dispose d’un avantage de poids : le corps diplomatique, dont Palmela veut pallier le déficit de légalité en faisant émerger un courant d’opinion favorable assez proche du pouvoir pour faciliter le travail de ses agents. Il compte éviter une reconnaissance rapide de D. Miguel par l’Angleterre et la France, puis faire reconnaître officiellement la régence qu’il a établie. Il agit ainsi comme tous les libéraux internationaux, qui promeuvent leur cause par une intense propagande politique et par leur présence dans l’espace public. Comme les journaux politiques lusophones financés par l’ambassade de Londres puis par la régence19, la diplomatie fait essentiellement partie de cette oeuvre de publicité. Encore que les deux postes principaux de la diplomatie de l’exil, Londres et Paris, n’occupent pas la même position dans la stratégie de Palmela.

Diplomatie et réseaux de solidarité aristocratiques internationaux

a) Paris

  • 20 Maria Alexandre Lousada, « D. Pedro ou D. Miguel ? As opções políticas da nobreza titulada portug (...)
  • 21 D. José Trazimundo Mascarenhas Barreto, marquês de Fronteira, Memórias, éd. par Ernesto de Campos (...)
  • 22 Ibid., vol. II, p. 20.
  • 23 Outre dans les mémoires du marquis de Fronteira, l’insertion de la noblesse portugaise exilée dan (...)
  • 24 Honoré de Balzac, Lettres à Madame Hanska, édition établie par Roger Pierrot, Paris, R. Laffont, (...)

11Parmi les exilés de 1828 se trouvent de nombreux aristocrates de très ancienne lignée20. Ils partagent avec les autres noblesses européennes un même attrait pour la culture française et pour Paris, « capitale du monde civilisé21 » selon le marquis de Fronteira, de sorte qu’ils établissent leur exil dans la capitale française, où ils ont souvent de relations familiales. La mère du marquis de Santa Iria est une demoiselle Montboissier Beaufort de Canillac, ce qui l’apparente à Lafayette. Le marquis de Fronteira est un lointain cousin de la famille de Choiseul22. Le morgado de Mateus, père du comte de Vila Real, a épousé en 1802 en seconde noces Mme de Flahaut. Ces relations traditionnelles entre membres des élites sociales d’Ancien Régime contribuent à la bonne insertion des nobles portugais émigrés dans le monde. Ils fréquentent tous les bals, sont présents dans les salons les plus sélectifs du faubourg Saint-Germain, sont invités dans les maisons de campagnes de leurs pairs français, ne manquent aucune représentation théâtrale, découvrant passionnément la vie parisienne, éblouis par l’élégance des toilettes et par le faste des réceptions, que leurs fortunes souvent considérables incitent à imiter23. L’afflux massif d’aristocrates portugais dans la vie élégante de Paris a été ironiquement caricaturé par Balzac dans la Comédie humaine, lorsqu’il invente le personnage du marquis d’Ajuda-Pinto, dandy exotique, dont le modèle est probablement le comte de Sabugal, émigré libéral et représentant de la régence de Palmela au Brésil24.

  • 25 Le marquis de Fronteira refuse en 1825 de servir en tant que secrétaire d’ambassade à Paris, poste (...)

12Les relations sociales de la noblesse émigrée en France ne s’organisent pas directement en fonction des appartenances politiques. Certes, c’est bien en raison de leur qualité d’exilés que Lafayette leur ouvre généreusement les portes de son salon et de sa maison de La Grange. Mais le positionnement des aristocrates portugais dans le camp libéral ne les empêche pas d’entretenir des relations privilégiées avec les cercles les plus ultras. Le marquis de Fronteira est par exemple un ami intime des Castelbajac, du duc de Laval-Montmorency et de Blacas. Issus des plus vieilles familles nobles portugaises, très conscients et jaloux de leur rang social25, ayant souvent émigré plus par fidélité au roi légitime que par libéralisme, très hostiles aux démocrates, ces aristocrates intègrent la bonne société parisienne en raison de leur noblesse.

  • 26 Lettre de Palmela à Cândido José Xavier du 12 février 1829, in José Joaquim Reis e Vasconcelos (é (...)
  • 27 Lettre de Palmela à Cândido José Xavier du 6 février 1829, in Vasconcelos (éd.), Despachos e corr (...)
  • 28 Anonyme [Marquis de Palmela et J. A. Guerreiro], Manifesto dos direitos de Sua Majestade Fideliss (...)

13Mais Palmela perçoit le profit qu’il peut en tirer : il utilise la bonne insertion de l’aristocratie portugaise exilée dans le monde pour présenter la cause de D. Maria sous un jour acceptable pour l’Europe conservatrice et élabore un discours adéquat à ce but. Dès le commencement de 1829, il demande à Cândido José Xavier, un ancien afrancesado et ministre constitutionnel établi à Paris, de publier des articles dans les journaux français, dont il trace la ligne politique : « A inistencia na legitimidade de nossa causa, e a prudente abstenção das exagerações liberaes muito convem para nos conciliar a boa vontade de personagens conspicuas na côrte de França, que não propendem para o usuprador da corôa de Portugal, porém que repugnam ainda mais a escola democratica26 ». Le Journal des Débats en particulier, périodique constitutionnel mais conservateur, devient ainsi l’organe de la propagande de Palmela en France27. Mais c’est surtout dans l’Exposé des droits de Dona Maria qu’est présentée la ligne politique destinée à séduire l’opinion conservatrice française28.

14Ce texte, écrit à quatre mains par Palmela et le juriste José António Guerreiro, illustre l’habileté du diplomate, capable d’adapter son discours au public auquel il s’adresse. Publié une première fois à Londres en portugais en 1829, il est traduit en français l’année suivante, avant de connaître une seconde édition portugaise en 1831 à Rennes. Si le texte n’est pas traduit en anglais, c’est parce qu’il n’est pas destiné à un public anglophone. En réalité, tout se passe comme si la première publication portugaise avait pour but d’être lue par les aristocrates portugais, à laquelle Palmela a soin d’envoyer son pamphlet, pour qu’ils assimilent la position que défendent officiellement leurs représentants en France. Puis dans un second temps, la publication française a pour but de convaincre les élites conservatrices européennes.

  • 29 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., pp. 22-41.
  • 30 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., pp. 12-13 et 56.

15L’argumentation choisie consiste à insister sur la défense de la légitimité monarchique, démontrant, arguments juridiques à l’appui, que D. Miguel est bien un usurpateur et que rien n’interdit à un roi légitime d’accorder une constitution si telle est sa décision29. En particulier, Palmela et ses amis attirent l’attention du public conservateur qu’ils cherchent à mobiliser sur le fait que toutes les puissances, Angleterre et Autriche en tête, ont tenu la charte octroyée sur les fonts baptismaux. L’usurpation de D. Miguel est en conséquence un affront direct aux souverains européens30.

  • 31 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., p. 17. Sur la terreur miguéliste, voir également les (...)
  • 32 Journal des Débats, 24 avril 1828, p. 1.

16Pourtant, l’aspect sur lequel Palmela insiste particulièrement est la légende noire de D. Miguel, qui commence à se former dès sa première tentative de coup d’état contre son père, en 1824. Pour obtenir les faveurs du public conservateur, les modérés présentent l’usurpation de D. Miguel comme le renversement de toutes les valeurs sociales et l’assimilent à la Révolution française. Dès l’arrivée de D. Miguel au Portugal en 1828, « un système de terrorisme fut organisé » et « les meilleurs personnages du royaume se faisaient insulter et frapper par des hommes choisis dans le rebut de la société31 ». D. Miguel est décrit comme fuyant toutes les respectabilités sociales, préférant la fréquentation de la populace. Sa cruauté n’a pas de bornes et il maltraite sa sœur, l’ancienne Régente Isabelle Marie, qui est obligée de fuir le palais royal pour trouver un peu de liberté dans un couvent. La marquise de Loulé, autre sœur de l’usurpateur, a été obligée de s’exiler à Paris, pour échapper aux insultes de son frère32.

  • 33 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., p. 19.
  • 34 [Luís António de Abreu e Lima], La légitimité et le Portugal. Rêveries d’un Portugais, Bruxelles, (...)
  • 35 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., p. 19.
  • 36 Article du Times du 23 mai, cité in Journal des Débats, 26 et 27 mai 1828, p. 1.
  • 37 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., p. 41.

17Dans ce contexte de subversion sociale où « tous les liens de la justice, de la religion et de la décence ont été rompus33 », l’acclamation de D. Miguel comme roi est présentée comme l’adoption du principe révolutionnaire de souveraineté populaire. C’est le représentant portugais aux Pays-Bas qui l’exprime le mieux : « [L]es chefs du mouvement insurrectionnel de Porto [en 1820], ceux qui les premiers ont fait entendre dans ce pays étonné l’absurde principe de la souveraineté du peuple, sont devenus pour la plupart les fauteurs de l’usurpation de D. Miguel34 ». Son gouvernement repose sur la populace ; même les prostituées ont été invitées à signer la pétition réclamant son élévation au trône35. En outre, la prise de pouvoir de l’infant est décrite comme un attentat contre la religion, parce que le prince avait juré sur l’évangile de maintenir les institutions de la charte constitutionnelle dans les mains de l’empereur d’Autriche et dans celles des rois de France et d’Angleterre. “ La trahison de don Miguel est basse, immorale, irréligieuse. La religion a été profanée par un serment solennel prêté sur les autels », écrit le Times, repris par le Journal des Débats36. Assimilé à la Révolution française dont il a le caractère démocratique, terroriste et impie, le régime de D. Miguel est cependant pire encore, car « même au milieu des fureurs de la Révolution française, les privilèges de la minorité furent respectés dans les Lois sanguinaires, qui abondèrent à cette époque : les méconnaître était réservé aux chefs de l’usurpation du trône portugais37 ».

  • 38 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., p. 59.

18Significativement, le Manifeste rédigé par Palmela mentionne à peine la charte, présentée simplement comme une décision souveraine qu’il s’agit de respecter. Les droits de la nation, dont la nature n’est pas spécifiée, ne sont évoqués que pour justifier les soulèvements contre l’usurpation. Pour le reste, la cause de D. Maria est présentée comme la « cause de tous les gouvernements légitimes », que seuls « les révolutionnaires et les innovateurs » peuvent désapprouver38 .

19Ce discours permet aux cercles conservateurs français d’assimiler leurs hôtes et amis aristocrates portugais à un positionnement politique tout à fait respectable : la défense de la légitimité monarchique et le rejet de la barbarie sanguinaire. La conjonction de la solidarité sociale aristocratique et du discours de propagande de Palmela attribue aux aristocrates portugais un rôle de représentation symbolique dans l’espace intermédiaire entre privé et public que sont les salons.

  • 39 Françoise Watel, Jean-Guillaume Hyde de Neuville (1776-1857), conspirateur et diplomate, Paris, D (...)

20Dès le début de l’émigration, l’entreprise de séduction des élites conservatrices suscite un courant de solidarité politique, conservatrice et internationale en faveur de la cause de D. Maria. Si cette solidarité n’est certainement pas majoritaire parmi la noblesse française, elle n’en est pas moins importante, car elle est menée par le groupe parlementaire de la Défection et par le ministre de la marine dans le gouvernement Martignac, Hyde de Neuville. Ambassadeur de France au Portugal en 1824, Hyde de Neuville s’était résolument opposé à la première tentative de coup d’état de D. Miguel contre son père, le roi Jean VI. Sa défense de la légitimité contre les contre-révolutionnaires lui avait valu le titre de comte de Bemposta, accordé par le roi39. En outre, son ambassade au Portugal avait été l’occasion de tisser de nombreuses relations avec les aristocrates portugais qu’il accueille à Paris à partir de 1828.

  • 40 Archives parlementaires, série II, t. 55, session du 4 juillet 1828, p. 543.
  • 41 Archives parlementaires, série II, t. 61, session du 8 mars 1830, p. 552.
  • 42 Archives parlementaires, série II, t. 61, session du 15 mars 1830, pp. 585-589. Le discours de Hy (...)

21Formé des légitimistes constitutionnels qui voteront l’adresse des 221 pour protester contre le mépris de la charte, mais qui désapprouveront la Révolution de Juillet, le groupe de la Défection prend la défense de D. Maria. Dès 1828, le député monarchiste Laisné de Villelevesque prononce à la Chambre des Députés un discours où il souhaite la fin prochaine du régime de D. Miguel : « la justice divine n’accorde jamais un long triomphe à la tyrannie et au parjure, quand elle ne lance pas tout à coup sur eux les foudres de sa vengeance40 ». Mais c’est en 1830 que cette solidarité constitutionnaliste, conservatrice et internationaliste s’exprime le mieux. Alors que le gouvernement Polignac est en difficulté, les ténors de la Défection, Hyde de Neuville à la Chambre des Députés et Chateaubriand à celle des Pairs, réclament, comme les députés de l’opposition libérale, une politique plus active de défense des droits de D. Maria, en la justifiant par des raisons radicalement différentes. Le 8 mars, Chateaubriand intervient: « Don Miguel est roi en vertu de l’élection populaire. Témoins de la Révolution qui brisa le trône de Louis XVI, nous ne devons pas capituler facilement sur la souveraineté du peuple41 ». Le 15 mars, Hyde de Neuville surenchérit. Il expose la doctrine théorique sur laquelle il fonde son engagement en faveur de D. Maria : la légitimité est le principe sur lequel se fonde le droit. La constitution, octroyée par le souverain, est une garantie de la légitimité. Le régime de la Restauration en France est fondé sur ces principes, mais ils sont également un gage de stabilité et de sécurité pour les monarques partout en Europe42.

  • 43 D. Francisco de Almeida, « Notice sur la vie et les travaux de M. Corréa de Serra (lue à la Socié (...)
  • 44 T.E. Bodwich, « Relation des découvertes des Portugais dans l’intérieur de l’Afrique, entre Angol (...)

22C’est dans l’exact prolongement de cette solidarité aristocratique qu’est effectuée la nomination en 1830, de Francisco de Almeida, futur comte de Lavradio, au poste d’ambassadeur en France, où le Portugal n’était représenté que par un chargé d’affaires depuis 1825. Habitant Paris depuis 1819, à part son court passage au ministère des affaires étrangères en 1826-27, Almeida fréquente depuis une dizaine d’années le monde de la capitale. Issu de la plus ancienne aristocratie portugaise, ami de Hyde de Neuville et de Chateaubriand dont il partage les idées politiques, très bien introduit dans le monde, il s’est également illustré dans les milieux érudits français. Membre de la Société philomatique de Paris, il y a prononcé en 1824 un éloge du botaniste portugais Correa da Serra43. Il a également joué un rôle d’intermédiaire scientifique entre les géographes amis de Malte-Brun et les militaires portugais qui avaient servi en Angola44. Jeune (il est né en 1796), brillant, ardent défenseur de la légitimité monarchique, mais néanmoins convaincu de la nécessité d’une constitution, Francisco de Almeida a toutes les qualités pour être nommé à l’ambassade de Paris et pour rassurer l’Europe.

  • 45 Le Constitutionnel, 27 mars 1829 ; Eduardo Montufar Barreiros, Os papeis do meu pae, Lisbonne, M. (...)
  • 46 ANTT, MNE, AC, Legação de Paris, cx 599, reservado no 16, du 16 mai 1832.

23Car Palmela, partisan convaincu d’une alliance britannique, ne cherche pas un appui décisif en France. Il ne cherche qu’à donner une image de l’émigration politique portugaise qui soit acceptable par l’Europe légitimiste. Cette propagande est particulièrement importante en France, où résident également les forces du radicalisme révolutionnaire, qui n’hésitent pas à mobiliser l’opinion libérale avancée, avec des soutiens français puissants comme Lafayette. Palmela doit contrer cette propagande. Les nobles portugais émigrés, souvent plus légitimistes que libéraux, sont les meilleurs ambassadeurs de cette ligne politique, qui trouve un soutien de poids dans l’échiquier politique français grâce à la Défection. En 1829, la noblesse titrée française, entre autres les ducs de Chartres, de Guiche, de Mouchy et Madame de Noailles, se presse au bal donné au Wauxhall en faveur des exilés portugais, où se distingue la marquise de Loulé, soeur de D. Miguel en exil, mais pour des plus personnelles que politiques. Elle y témoigne du caractère scandaleux du despotisme que fait régner l’usurpateur, que dénonce la presse libérale, mais que nient les journaux contre-révolutionnaires45. Ainsi, les exilés portugais issus des élites aristocratiques d’Ancien Régime, représentent symboliquement la légitimité en France pour convaincre l’Europe de la Sainte-Alliance. Ils ne sont cependant que des pièces de l’habile stratégie internationale de Palmela, dont les tenants et aboutissants leur échappent. L’ambassadeur Francisco de Almeida est, comme les autres, utilisé dans un but symbolique. Représentant une ligne très conservatrice, il ne sera jamais tenu entièrement informé des mesures plus libérales prises par Palmela et ses collaborateurs. C’est pourquoi, dès le mois de mai 1832, il demande sa démission, qui ne lui sera accordée qu’en mars 183346.

b) Londres

  • 47 Fronteira, Memórias, cit., t. II, pp. 174-175.

24C’est à Londres que Palmela, bien plus progressiste que la plupart des aristocrates émigrés, installe le centre politique du libéralisme portugais. Dès 1828, il semble vouloir se débarrasser de ses parents et amis exilés en les envoyant faire de la représentation dans les salons parisiens, pour pouvoir mener plus discrètement à Londres une politique autrement plus libérale47. Il ne garde auprès de lui que quelques nobles soigneusement choisis, dont il fait ses collaborateurs : Mouzinho de Albuquerque et Thomas de Mascarenhas par exemple.

  • 48 La correspondance du comte de Calhariz, fils de Palmela, avec son père, offre un bon panorama des (...)
  • 49 Discours traduit et publié en portugais : James Mackintosh, Indicação e discurso do muito honrado (...)

25Jusqu’en 1830, l’ambassadeur de D. Maria et ses proches collaborateurs vont représenter leur cause dans la bonne société anglaise. Grand seigneur de réputation européenne, Palmela mène une vie mondaine très active, fréquentant le salon de la princesse de Lieven, les bals de l’ambassade d’Autriche et les réunions au Traveller’s Club48. Mais parallèlement à cette vie sociale où sa présence est également une représentation symbolique de sa position politique, Palmela cultive des amitiés directement idéologiques avec les whigs et les tories libéraux. Il voit presque quotidiennement Lord Palmerston, Lord Brougham, Sir James Mackintosh et surtout Lord Holland, dont il est intime. Grâce à ses relations, il peut donner un poids politique à la défense de sa cause. Encore dans l’opposition, ses amis membres du Parlement prononcent à la Chambre des Lords et à la Chambre des Communes, des discours favorables au libéralisme portugais. C’est en particulier le cas de l’attaque de la fausse neutralité du gouvernement, prononcée par Sir James Mackintosh à la Chambre des Communes, le 1er juillet 182949. En Angleterre, très rapidement, la sociabilité d’élites fréquentée par Palmela et les aristocrates portugais s’organise en fonction des appartenances politiques : les aristocrates portugais libéraux à Londres sont proches des whigs, dont ils partagent les idées et les salons. Les Portugais hôtes des tories sont des partisans de D. Miguel.

  • 50 Réponse de Lord Aberdeen à l’interpellations du whig Lord Melbourne à la Chambre des Lords le 18 (...)
  • 51 A ce sujet le discours de Sir James Mackintosh à la Chambre des Communes, reproduit in The Times, (...)
  • 52 « […] old men hoped, and young men believed, that by patience, justice, and firmness, Portugal mi (...)

26En effet, face à l’intransigeance du gouvernement de Wellington vis-à-vis des réfugiés portugais, Palmela n’a d’autres recourt que d’obtenir par la voie parlementaire le refus de la reconnaissance de D. Miguel par l’Angleterre. Il lie son sort à l’opposition whig, où il compte ses plus chers amis britanniques. Et comme eux, il lance une campagne de presse pour faire sa promotion auprès d’un public de toute façon convaincu des vertus de la représentation et du parlementarisme. En conséquence, le discours de propagande de Palmela en Angleterre est bien plus libéral qu’en France. Bien sûr, la légitimité de D. Maria est fortement rappelée; bien sûr le discours insiste abondamment sur la description des horreurs du règne de D. Miguel, que le ministre tory Aberdeen lui-même décrit comme « sans coeur », « incorrigible », « cruel » et “ lâche50 »; bien sûr, l’analogie entre le régime de l’usurpateur et la Révolution française est également faite outre-Manche51. En revanche, lorsqu’en France, la charte est présentée comme la conséquence d’une décision souveraine qu’il n’est pas question de remettre en question, l’Edinburgh Review, périodique des whigs, auxquels Palmela est particulièrement lié, la décrit comme un gage de liberté et de civilisation pour le pays: lorsqu’elle a été octroyée, « les vieux espéraient et les jeunes croyaient que par la patience, la justice et la fermeté, le Portugal pourrait atteindre, grâce à l’assistance fidèle de son ancien et solide allié, les bienfaits de la paix et du bonheur, accompagnés de leur meilleure garantie, la liberté rationnelle52. » En Grande-Bretagne, plus qu’un attentat contre la légitimité, l’usurpation de D. Miguel est décrite par Palmela et ses amis comme un attentat contre la liberté et la civilisation. Le gouvernement de Wellington est accusé d’avoir collaboré à sa chute et les whigs l’attaquent en stigmatisant une politique qu’ils décrivent comme déshonorante pour l’Angleterre.

  • 53 Anonyme [Luís António de Abreu e Lima], La légitimité et le Portugal, Bruxelles, Imprimerie de H. (...)
  • 54 Anonyme [Luís António de Abreu e Lima], Investigations politiques de Mr. d’Albemireau, Bruxelles, (...)
  • 55 Burrow, Whigs and Liberals..., cit.

27C’est en fonction de la configuration de la solidarité de l’élite anglaise en faveur du Portugal, que Palmela choisit son successeur à l’ambassade de Londres. En effet, le 27 février 1830, il quitte la ville pour établir la régence nominale qu’il préside en territoire portugais, sur l’île de Terceira aux Açores. Fort d’un appui solide de la part des whigs, soutenu par une propagande décidément libérale modérée qui guide avec succès l’opinion publique britannique, Palmela juge que son successeur doit être avant tout un habile diplomate, capable de collaborer avec les anciens vintistas. L’ambassadeur auprès du gouvernement des Pays-Bas, Luís António de Abreu e Lima, semble correspondre à ce profil. Issu d’une famille de petite noblesse, il est entré dans la carrière diplomatique par l’armée. Contrairement à la plupart de ses collègues de la haute noblesse, ses relations avec le monde sont peu étendues, d’autant plus qu’il est cantonné depuis 1824 à la cour des Pays-Bas qui n’est certainement pas un centre mondain de dimension européenne. Cependant, il a une longue expérience de la diplomatie et une grande éthique professionnelle : il a fait partie de la délégation portugaise au Congrès de Vienne et en 1822, il s’est illustré par son refus de prêter serment à la constitution démocratique. Enfin, il a refusé avec fermeté l’usurpation. Bien que le pamphlet qu’il publie à Bruxelles en 1829 soit inspiré principalement de la pensée des légitimistes conservateurs53, certains aspects semblent annoncer une inflexion dans le sens doctrinaire, qui sera confirmé par une seconde publication en 183054. C’est notamment le cas de l’attention qu’il accorde aux progrès de la civilisation, qui réclame des changements institutionnels. A ce propos, il se réfère à Guizot, mais l’histoire de la civilisation est également un fondement de la pensée politique whig55.

La solidarité gouvernementale franco-anglaise avec le Portugal libéral

  • 56 Carvalho, Vida do duque de Palmela..., cit., t. II, p. 257.

28La diplomatie organisée par Palmela est le résultat habile de l’utilisation des ressources sociales du libéralisme aristocratique en exil. Espérant convaincre les puissances européennes que l’exil portugais est légitimiste, il nomme un ministre libéral très conservateur à Paris, un autre plus souple à Londres, et assigne un rôle symbolique de représentation à l’aristocratie portugaise émigrée en France, tout en travaillant discrètement avec des libéraux révolutionnaires à Londres. Jusqu’en 1830, les efforts diplomatiques de Palmela sont bloqués par l’intransigeance du gouvernement tory, qui ne veut pas entendre parler de la reconnaissance d’une reine de 10 ans, dont l’autorité n’est reconnue que par la petite île de Terceira aux Açores et quelques milliers d’émigrés portugais dispersés entre l’Angleterre, le Brésil, la France et les Pays-Bas. En conséquence, Palmela s’est concentré sur la conquête de l’opinion, conservatrice en France, plus progressiste en Angleterre. Cette entreprise est couronnée d’un certain succès, car c’est bien la force de l’opinion publique britannique qui empêche la reconnaissance de D. Miguel par Londres56.

  • 57 Lettre de Silva Carvalho à Palmela, du 15 août 1830, in Vianna, José da Silva Carvalho..., cit., (...)
  • 58 Lettre du 3 août 1830 de Filipe de Souza Holstein à son frère, ANTT, MNE, Arquivo de Casa Palmela (...)
  • 59 Il ne s’y résoudra qu’en octobre 1830. ANTT, MNE, AC, Legação de Londres, cx 756, Reservado no 14 d (...)

29En février 1830, la régence qu’il préside s’établit finalement aux Açores. Situé en territoire portugais, il espère, sans trop y compter, que cela sera un argument pour obtenir finalement la reconnaissance officielle de la France et de l’Angleterre. Mais peu de temps après, la Révolution de Juillet paraît remettre toute la stratégie de Palmela en question. Centrée sur l’obtention d’un appui diplomatique, sa politique semble dépassée par la chute de Charles X et la poussée révolutionnaire européenne. Les radicaux de Saldanha ont le vent en poupe, avec des amis comme Lafayette placés au sommet du pouvoir et un périodique qui assure leur propagande en France, Le National. Dans ces conditions, la nomination du peu libéral Lavadio à Paris fait scandale. Silva Carvalho commence à douter de la sincérité libérale de Palmela et lui demande des explications57. Même le frère de Palmela lui écrit pour l’inciter à abandonner une politique qui n’a donné aucun résultat et à se ranger résolument sous la bannière de la révolution58. La stratégie et les choix de Palmela étaient en effet parfaits sous la Restauration; sous la Monarchie de Juillet, ils paraissent anachroniques. De plus, les débuts d’Abreu e Lima à Londres s’avèrent malheureux: Palmela a sous-estimé le poids des réseaux de relations personnelles dans la capitale anglaise, or le nouvel ambassadeur n’y connaît personne et a de la peine à quitter La Haye pour s’y établir définitivement, tant il s’y sent inutile59. En outre, la chute du ministère tory en novembre 1830 et l’arrivée au pouvoir des whigs fait cruellement ressentir à Londres l’absence de Palmela. En arrivant aux affaires en novembre 1830, ses amis whigs sont contraints de modérer leur appui à la cause de D. Maria et continuent de refuser de reconnaître la régence de Terceira. Dans ces circonstances, l’absence de Palmela cause du tort.

  • 60 Voir les lettres de Funchal à Lord Holland et à Lord Grey de novembre 1830. ANTT, MNE, Documentos (...)

30Cet échec apparent ne dure cependant pas. En France, le parti de la résistance, désireux de montrer à l’Europe que le pays ne s’engage pas dans une politique d’exportation de la révolution, arrive aux affaires dès le 13 mars 1831 et met un terme aux espérances d’aide française en faveur de toutes les nations opprimées. En Angleterre, le ministère de Lord Grey, malgré sa prudence officielle, est décidément plus favorable à la cause de D. Maria. En outre, pour suppléer au manque de relations sociales d’Abreu e Lima à Londres, la régence de Terceira lui adjoint le vieux comte de Funchal, qu’elle rappelle de sa retraite italienne pour lui donner un poste d’ambassadeur extraordinaire à Paris et à Londres. Funchal, vétéran de la diplomatie portugaise où il sert depuis 1788, est un homme des Lumières, partisan du modèle constitutionnel britannique tel qu’il a fait l’admiration du XVIIIe siècle européen. Il a été ambassadeur à Londres, où il a tissé avec les whigs des relations aussi intimes mais plus anciennes que Palmela60. Il les mettra à contribution avec profit. Enfin et surtout, en juin 1831, D. Pedro, chassé du Brésil par une révolution, arrive en Europe et se place à la tête du libéralisme portugais. L’émigration politique retrouve ainsi une direction dynastique plus légitime que celle de Palmela, bien que D. Pedro ait abdiqué de tous ses droits à la couronne portugaise.

  • 61 Lettre de Silva Carvalho à Gonçalves de Miranda, 12 septembre 1830, in Vianna, José da Silva Carv (...)

31Dans cette nouvelle situation, issue des changements politiques en France et en Angleterre, d’où va émerger un soutien décisif au libéralisme portugais, les rapports de force au sein de l’émigration sont changés. Les amis de Saldanha n’arrivent certes pas à en prendre la direction, en raison de la solidité de l’alliance entre Palmela et Silva Carvalho. Sans même attendre les explications de Palmela concernant les critiques qu’il lui a adressées, Silva Carvalho écrit à son ami Manuel Gonçalves de Miranda, libéral de 1820 résidant à Paris, qui s’est manifesté avec l’opposition contre la régence quelques semaines après la Révolution de Juillet : « Nós não temos outro remedio senão reunir as nossas vontades e pensamentos para ajudarmos a regencia a sustentar, de todo o modo, a sua auctoridade61 ». Il déconseille à son ami de se compromettre avec Saldanha et lui demande de venir immédiatement à Londres où la réalité de l’action de la régence lui apparaîtra plus clairement, prouvant ainsi la nature purement représentative de la diplomatie de Palmela en France.

  • 62 En août 1829, Silva Carvalho se rend à Paris avec le jurisconsulte José Ferreira Borges, comme lu (...)
  • 63 Lettre de Palmela à Silva Carvalho du 20 septembre 1830 et réponse de celui-ci du 14 octobre, in (...)

32L’alliance Palmela-Silva Carvalho est donc confirmée, mais Juillet donne une importance accrue aux anciens vintistas. D’une part, Palmela, confiné sur l’île de Terceira, ne peut déployer tout son talent auprès de ses amis politiques sur le continent. D’autre part, la révolution en France a porté au pouvoir les hommes de l’opposition libérale, avec lesquels les anciens révolutionnaires portugais de 1820 sont en étroit contact62. En Angleterre également, les libéraux vintistas sont bien introduits dans les milieux progressistes. Silva Carvalho est reçu par Lord Holland, mais il est aussi en relation avec les amis de Bentham, notamment avec John Bowring et Edouard Blaquière. Face à la nouvelle situation européenne, ces réseaux de solidarité politique de la génération révolutionnaire de 1820 sont mis à profit. Les relations des vintistas avec les émigrés espagnols sont réactivées et c’est ainsi que Juan Álvarez Mendizábal, ancien libéral exaltado et futur premier ministre progressiste de la Révolution espagnole de 1836, est chargé de la gestion financière du libéralisme portugais63. Les libéraux bourgeois de 1820 affirment ainsi leur importance accrue. En outre, en s’appuyant sur leurs relations avec le monde du commerce à Londres, en France et aux Pays-Bas, ils prennent en main l’organisation de l’expédition militaire des libéraux portugais et le recrutement des volontaires étrangers.

  • 64 Maria de Fátima Bonifácio (éd.), Memórias do duque de Palmela, transcription, préface et notes de (...)
  • 65 ANTT, AC, Legação de Londres, cx 758, lettre réservée no 15 de Abreu e Lima à la régence, 2 juin 18 (...)

33Symétriquement à la montée en puissance des anciens vintistas, l’importance de Palmela décroît, mais elle ne disparaît pas. Il reste l’homme de référence pour les whigs et lorsque toutes les négociations sont dans l’impasse, ce qui arrive à plusieurs reprises entre 1830 et 1833, c’est toujours Palmela que l’on appelle en dernière instance, pour débloquer la situation, en général avec succès, même s’il en exagère la portée dans son autobiographie64. A Londres, la collaboration entre les aristocrates qui ont accompagné Palmela, les libéraux, l’ambassadeur de la régence, les exilés espagnols, et leurs partenaires anglais, whigs et radicaux, est très efficace. Malgré l’antipathie de Funchal pour Mendizábal, elle permet d’atteindre le but que Palmela a poursuivi depuis 1828. A défaut d’une reconnaissance formelle de D. Maria, le gouvernement whig ferme les yeux sur les préparatifs illégaux de l’expédition et intervient en faveur des Portugais lorsque la justice les poursuit. En outre, des réseaux de solidarité d’élites tissés par Palmela proviennent de nombreux officiers britanniques qui se portent volontaires pour combattre dans l’armée libérale portugaise en préparation. Ils concourent également à son organisation en procédant à des campagnes de recrutement de volontaires65.

  • 66 Il n’arrête pas de s’en plaindre. Par exemple : Ofícios reservado no 5 du 23 avril 1832, et no 16 (...)
  • 67 Ofício no 47 du 8 février 1833 de F. de Almeida au ministre des Affaires Etrangères, ANTT, MNE, A (...)
  • 68 Par exemple : Journal des Débats, 30 août 1831, p. 3.
  • 69 Isabel Lustosa, « O séjour de D. Pedro I em Paris e a imprensa francesa : familiaridade e exotism (...)

34A Paris en revanche, la distribution des rôles est moins précise. Lavradio n’a aucune sympathie avec les anciens vintistas. Conservateur, il n’est pas tenu au courant de toutes les activités des représentants de la régence66 et lorsque Palmela est écarté des affaires au profit de ses alliés de la veille, il demande sa démission, en précisant qu’il ne partage pas leur ligne politique67. Mais parallèlement à la représentation officielle, les vintistas ont leurs propres réseaux en France qu’ils mobilisent pour organiser le recrutement de volontaires pour l’expédition. Le rôle de l’ambassadeur reste en conséquence symbolique, mais il est renforcé par la présence en France de l’ancien empereur du Brésil, de sa femme et de la reine D. Maria, hôtes de Louis-Philippe, qui met à leur disposition le château de Meudon. D. Pedro compense les arguties et les incohérences qu’il introduit dans la préparation de l’expédition par un rôle de représentation particulièrement efficace auprès des rois de France et d’Angleterre, scrupuleusement relayé par la presse68. A Paris surtout, il est choyé par Louis-Philippe qui l’associe aux revues de la garde nationale, aux cérémonies officielles et aux réceptions de la cour69. Le maréchal Soult, ministre de la Guerre, lui rend souvent visite et lui distribue des conseils militaires sur la façon de gérer les opérations au Portugal, qu’il connaît bien pour y avoir dirigé la seconde invasion napoléonienne en 1809.

  • 70 Carvalho, Vida do duque..., cit., vol. II, p. 394.
  • 71 Arquivo Histórico militar, processos individuais, « Saint-Léger de Bemposta, Théodore Etienne », (...)

35Par ailleurs, la vie sociale de l’aristocratie portugaise à Paris ne diminue pas. En effet, avec la Révolution de Juillet, la politisation des salons pour ou contre le libéralisme portugais s’exprime pleinement. En témoigne la réconciliation mélodramatique de Palmela et de Saldanha en présence de D. Pedro, dans le salon de Lafayette, peu avant le départ de l’expédition libérale70. Mais la chute de la légitimité en France ne fait pas disparaître la solidarité des légitimistes constitutionnels envers la cause de D. Maria. Plusieurs représentants de cette famille politique, notamment le neveu de Hyde de Neuville, s’engageront comme volontaires dans l’armée libérale portugaise71.

  • 72 Nemésio, Exilados..., cit., pp. 178-179.
  • 73 Lavradio, Memórias, cit., t. II, pp. 289-293.
  • 74 ANTT, MNE, AC, Legação de Paris, cx 599, ofício reservado no 31 du 6 décembre 1830 et MNE, Arquiv (...)
  • 75 ANTT, AC, Legação de Paris, cx 600, ofício reservado no 97 du 8 mars 1833.

36Enfin, malgré l’isolement relatif dans lequel il est tenu, Francisco de Almeida, qui bien que fervent défenseur de la légitimité, n’est en pas moins un partisan convaincu de la charte constitutionnelle, déploie une activité infatigable pour la victoire militaire de l’armée libérale. Il sait s’adapter à la nouvelle situation politique et utiliser ses nombreuses relations sociales au profit de la cause qu’il sert. Il poursuit la propagande et la diffusion de l’argumentaire que Palmela avait forgé pour la France et les élites conservatrices. Il combat les prises de position de Saldanha dans le National par des articles dans le Journal des Débats. Les deux hommes en arriveront même à un duel72. Libéral conservateur, Francisco de Almeida a des liens étroits, à partir de la fin de 1831, avec l’émigration aristocratique polonaise et avec le prince Czartoryski, qui le conduisent à diriger vers l’armée libérale portugaise un important volontariat polonais73. Mais il donne surtout de brillants témoignages de ses talents diplomatiques et obtient de nombreux avantages d’un gouvernement qui pourtant ne veut pas trop s’immiscer dans les affaires portugaises, de peur de donner à l’Angleterre l’impression que la France veut lui ravir une zone d’influence74. Grâce à ses efforts et à la présence de D. Pedro, le gouvernement français met le port de Belle-Île à la disposition des libéraux portugais, qui y réunissent leur escadre avant leur départ pour les Açores ; de même, le recrutement de soldats volontaires en France est toléré et les ministères de Casimir Périer puis des doctrinaires qui, y voyant une occasion de se débarrasser de nombreux militants d’opposition et de réfugiés, acceptent de payer leurs frais de déplacements75.

  • 76 Dès le mois de septembre 1830, Francisco de Almeida demande au gouvernement français d’envoyer de (...)
  • 77 ANTT, AC, Legação de Paris, cx 599, ofício no 27 du 22 octobre 1832, et cx 600, ofício reservado (...)
  • 78 Dépêche no 82 du 11 janvier 1832 du consul sarde à Lisbonne au ministre des affaires étrangères à (...)
  • 79 ANTT, MNE, Arquivo das Legações, Londres, Copiador de ofícios do conde do Funchal, Liv. 462, ofíc (...)
  • 80 Les copies des lettres de protestation, datées du 25 juin 1832, sont transmises par l’ambassadeur (...)
  • 81 ANTT, AC, Legação de Paris, cx 600, ofícios reservados nos 80-86, janvier 1833 ; Gazeta de Lisboa (...)
  • 82 Information du consul pontifical à Porto transmise par le nonce ecclésiastique à Lisbonne : Arch. (...)

37Le plus beau succès de la diplomatie portugaise est cependant l’obtention d’un appui naval important de la France et de l’Angleterre. Dès 1831, la France envoie une flotte de guerre à Lisbonne, pour demander réparation des outrages reçus par les commerçants français au Portugal76. Le gouvernement de D. Miguel refuse d’obtempérer et l’escadre de l’amiral Roussin séquestre la flotte militaire portugaise, dont Almeida, après de longues négociations, obtiendra la remise77. Ce type d’expédition punitive, également pratiqué par l’Angleterre, préfigure l’appui que les représentants officiels du libéralisme portugais à Paris et à Londres obtiendront de la part des deux gouvernements à la cause de D. Maria pendant toute la durée de la guerre civile. De 1831 à 1834, des navires militaires anglais croisent devant Lisbonne et Porto, tandis que deux navires de guerre français sont stationnés dans le port de Lisbonne78. Le 2 juin 1832, le départ d’une escadre de Londres, officiellement destinée à l’observation des côtes portugaises et à la protection des ressortissants britanniques, mais en réalité demandée par les diplomates portugais libéraux79, suscite la protestation des ambassadeurs d’Autriche, de Prusse et de Russie, qui précisent cependant que Londres a des droits particuliers au Portugal et que les cours de la Sainte-Alliance ne feront pas un casus belli de cette entorse à la neutralité80. La marine anglaise sera le salut du libéralisme portugais. En effet, pendant toute la durée du siège de Porto, où l’armée libérale est retranchée de juillet 1832 à août 1833, la flotte britannique, sous prétexte de protéger ses ressortissants et ses intérêts commerciaux, protège systématiquement l’entrée des marchandises, des vivres, des soldats, des armes et des munitions dans la ville. Comme tous ces navires sont officiellement la propriété de compagnies privées françaises ou anglaises, dès que les batteries miguélistes les bombardent, la flotte anglaise riposte, les gouvernements de Paris et de Londres réclament des dommages et intérêts à Lisbonne, ainsi que la destitution des militaires qui ont ordonné de tirer, et la publication des détails de l’incident dans la Gazeta de Lisboa, de façon à faire comprendre à la population portugaise l’animosité de la France et de l’Angleterre à l’égard de D. Miguel81. En outre, la plupart des commerçants britanniques et français à Porto sont favorables aux libéraux. Ils leur prêtent leurs bateaux de commerce pour attaquer les miguélistes sur l’autre rive du fleuve. Mais si l’armée miguéliste riposte, la flotte anglaise intervient82. Cette collaboration internationale libérale prépare la reconnaissance rapide de la reine portugaise après la prise de Lisbonne par l’armée libérale et la conclusion de la Quadruple Alliance en avril 1834. Ainsi l’implication des gouvernements français et anglais en soutien du libéralisme portugais, si elle n’est pas officielle, est cependant significative.

Conclusion

  • 83 Emilio La Parra, Los Cien Mil Hijos de San Luís. El ocaso del primer impulso liberal en España, M (...)
  • 84 Gonçalo Butrón Prida, Nuestra sagrada causa. El modela gaditano en la revolución piamontesa de 18 (...)

38Conscient que, dans la situation européenne internationale de 1828, la cause portugaise ne pourra jamais triompher par les seules forces de la révolution, Palmela et ses alliés cherchent à obtenir un soutien gouvernemental par la diplomatie. Ils savent à cet effet adopter un langage différent en fonction de leurs interlocuteurs en Angleterre et en France, mais dans les deux cas, ils suscitent un courant de solidarité aristocratique non négligeable: les whigs en Angleterre et les légitimistes constitutionnels en France. L’insistance de la propagande française de Palmela sur la légitimité n’est qu’un artifice de communication destiné à rassurer les puissances européennes sur la nature du constitutionnalisme portugais. Mais cette position est défendue idéologiquement par un réel courant de solidarité internationale aristocratique, qui voit dans la charte constitutionnelle une défense de la légitimité monarchique contre la concentration absolutiste du pouvoir qui mène aux bouleversements politiques tels que l’Europe les a connu avec la Révolution française, et contre le « dogme absurde de la souveraineté du peuple ». La culture politique légitimiste constitutionnelle, qui n’a pas encore fait l’objet de nombreuses études, n’est ainsi pas à proprement parler libérale, mais l’engagement sincère en faveur de la constitution lui confère un important rôle modernisateur dans le processus de transition entre Ancien Régime et modernité politique. Sa projection internationale doit attirer l’attention. En effet, cette solidarité légitimiste et constitutionnelle ne s’exprime pas uniquement en faveur du Portugal. Les historiens espagnols ont mis en évidence son importance dans le projet politique qui fonde l’invasion française en Espagne en 1823, grand œuvre de la politique étrangère de Chateaubriand83. Lors de la révolution piémontaise de 1821, les ambassadeurs de France et de Bavière à Turin semblent également défendre des positions similaires84.

39La défense conjointe de la liberté et de la légitimité, si elle s’articule de façon différente à Paris et à Londres, n’est cependant possible que parce qu’une partie importante de l’aristocratie portugaise est convaincue de son bienfondé. Ce constat invite à approfondir l’étude des réseaux internationaux dans la formation culturelle de la noblesse portugaise du premier XIXe siècle. En effet, qu’ils soient influencés par Chateaubriand et Hyde de Neuville comme Francisco de Almeida, par la tradition des anciens whigs comme le comte de Funchal, par la pensée des whigs progressistes comme Palmela ou par les doctrinaires comme Abreu e Lima, nombreux sont les aristocrates portugais acquis à l’idée de constitution. Si ce positionnement politique témoigne d’une certaine revanche aristocratique contre le pouvoir monarchique absolu, cela ne doit pas conduire à sous-estimer sa modernité. Une telle prise de position illustre la bonne intégration des élites portugaises d’Ancien Régime dans les réseaux internationaux de circulation des idées politiques modernes, alimentés par la politique réformiste de la monarchie depuis le milieu du XVIIIe siècle. Marginalisée mais non anéantie en France par la Révolution de Juillet, cette solidarité aristocratique se maintient en Angleterre, où est établi le centre politique de l’exil libéral portugais, prouvant par-là la grande influence du modèle constitutionnel britannique dans la culture politique de l’aristocratie portugaise, qui incite à replacer la notion d’espace atlantique au centre du processus d’implantation de la modernité politique au Portugal. Les contacts des vintistas à Londres ne viennent pas démentir ce point.

40Enfin, il convient de souligner le rapport qu’il y a entre le maintien, même fictif, d’un embryon d’Etat en exil grâce au réseau diplomatique, et l’appui obtenu par les libéraux portugais par les gouvernements français et anglais. De tous les libéralismes nationaux européens, le libéralisme portugais est le seul à réussir à implanter un régime constitutionnel à partir de l’exil. L’appui des deux puissances libérales a été indispensable à cette réussite. Seule une diplomatie officielle, reposant sur une solidarité aristocratique et d’élites, était en mesure de l’obtenir. Cela ne doit cependant pas conduire à sous-estimer l’importante contribution des radicaux démocrates et des vintistas à la victoire définitive du libéralisme portugais en 1834, qui n’aurait pas été possible sans leur participation.

Topo da página

Notas

1 Isabel Nobre Vargues et Luís Reis Torgal, « Da revolução à contre-revolução : vintismo, cartismo, absolutismo. O exílio político », in José Matoso (dir.), História de Portugal, vol. v. O Liberalismo, Lisbonne, Editorial Estampa, 1998, pp. 68-76.

2 Maurizio Isabella, Risorgimento in Exile. Italian Émigrés and the Liberal International in the Post-Napoleonic Era, Oxford, Oxford University Press, 2009 ; Juan Luís Simal, Emigrados. España y el exilio internacional, 1814-1834, Madrid, Centro de Estudios políticos y constitucionales, 2012 ; Delphine Diaz, « Exils et circulations politiques autour de 1830 : l’exemple des réfugiés étrangers en France », in Sylvie Aprile, Jean-Claude Caron et Emmanuel Fureix (dir.), La Liberté guidant les peuples. Les révolutions de 1830 en Europe, Seyssel, Champ Vallon, 2013, pp. 226-240.

3 Vitorino Nemésio, Exilados, 1828-1832. História sentimental e política do liberalismo na emigração, Lisbonne, Livraria Bertrand, s.d ; José da Silva Terra, « Os emigrados liberais portugueses em França », in Coll., Les rapports culturels et littéraires entre le Portugal et la France, actes du colloque de Paris, 11-16 septembre 1982, Paris, Fondation Gulbenkian, 1983, pp. 323-338 ; Magda Pinheiro, Passos Manuel. O patriota e o seu tempo, Porto/Matosinhos, Afrontamento/Câmara Municipal de Matosinhos, 1996.

4 O Palinuro, no 2, 7 août 1830 ; Coll., Portuguezes !, Paris, A. Mie, 1830 ; Anonyme, Segunda revolução e triumpho da Liberdade em França, Paris, A. Mie, 1830 ; João Baptista Garrett da Silva Leitão de Almeida, Portugal na balança da Europa, [1830], Lisbonne, Livros Horizonte, 1970.

5 Simão José da Luz Soriano, História da Guerra Civil e do estabelecimento do governo parlamentar em Portugal, compreendo a história diplomática, militar e política deste Reino desde 1777 até 1834. Troisième époque, t. i-v, Lisbonne, Imprensa Nacional, 1883-1885 ; Maria de Fátima Bonifácio, « A “causa” de D. Maria (1826-1834) », in Análise social, vol. xxxix, no 172, 2004, pp. 519-545.

6 Nemésio, Exilados..., cit ; Pinheiro, Passos Manuel..., cit.

7 Amália Vaz de Carvalho, Vida do duque de Palmela, D. Pedro de Sousa Holstein, Lisbonne, Imprensa Nacional, 1898-1903, vol. II, pp. 246-247.

8 Béatrix d’Andlau (éd.), Correspondência. Mme de Staël-D. Pedro de Sousa, postface de Maria de Fátima Bonifácio, Lisbonne, Quetzal, 2006.

9 Sur la pensée politique whig : John W. Burrow, Whigs and Liberals. Continuity and Change in English Political Thought, Oxford, Clarendon Press, 1988.

10 Lettre de Palmela au comte de Linhares, in Carvalho, Vida do duque..., cit., vol. 2, pp. 107-109.

11 Irene Oliván Castells, La utopía insurreccional del liberalismo. Torrijos y las conspiraciones liberales de la década ominos, prólogo de J. Fontana, Barcelone, Editorial Crítica, 1989 ; Carvalho, Vida do duque..., cit., vol. 2, pp. 329-331.

12 Albert Silbert, « La France et la politique portugaise de 1825 à 1830 », in Miriam Halpern Pereira et al. (éds.), O liberalismo na península ibérica na primeira metade do século XIX, 2 vol. , Lisboa, Sá da Costa Editora, 1981, vol. I, pp. 41-61 ; António Pedro Manique, Portugal e as potências europeias (1807-1847), Lisbonne, Livros Horizonte, 1988.

13 Paul W. Schroeder, The Transformation of European Politics, 1763-1848, Oxford, Clarendon Press 1994 ; Matthias Schulz, Normen und Praxis. Das europäische Konzert der Großmächte als Sicherheitsrat, 1815-1860, Munich, Oldenburg, 2009.

14 Soriano, História da guerra civil..., cit., troisième époque, vol. III, partie I, pp. 219-230.

15 Carvalho, Vida do duque..., cit., vol. 2, pp. 409-410.

16 J.S. da Silva Dias, « A revolução liberal portuguesa : amálgama e não substituição de classes », in Pereira et al. (éds.), O liberalismo na península ibérica..., cit., vol. I, pp. 21-26.

17 Lettre de Silva Carvalho à Palmela du 14 octobre 1830, publiée in António Vianna, José da Silva Carvalho e o seu tempo, Lisbonne, Imprensa Nacional, 1891, vol. I, pp. 54-56.

18 Lettre de Silva Carvalho à Palmela, du 15 août 1830, ibid., vol. I, pp. 48-52.

19 C’est le cas du Português emigrado ou realista constitucional, rédigé par Marcos Vaz Preto à Plymouth entre 1828 et 1829 ; du Paquete de Portugal, publié à Londres de 1829 à 1831, puis de A Aurora, paraissant également à Londres de 1831 à 1832. Vargues et Torgal, « Da revoluação à contra-revoluação... », cit., p. 73.

20 Maria Alexandre Lousada, « D. Pedro ou D. Miguel ? As opções políticas da nobreza titulada portuguesa », in Penélope. Fazer e desfazer história, no 4, 1989, pp. 82-116.

21 D. José Trazimundo Mascarenhas Barreto, marquês de Fronteira, Memórias, éd. par Ernesto de Campos de Andrada, Coimbra, Imprensa da Universidade, vol. II, 1928, p. 7.

22 Ibid., vol. II, p. 20.

23 Outre dans les mémoires du marquis de Fronteira, l’insertion de la noblesse portugaise exilée dans la société élégante française et anglaise est bien illustrée par la correspondance du comte de Calhariz avec ses parents les marquis de Palmela (ANTT, Arquivo de Casa Palmela, cx. 169) et par les mémoires du comte de Lavradio : D. Franciso de Almeida Portugal, conde de Lavradio, Memórias, commentées par le marquis de Lavradio, D. José de Almeida Correia de Sá et coordonées par Ernesto de Campos de Andrada, 5 vol. , Coimbra, Imprensa da Universidade, 1932-1938.

24 Honoré de Balzac, Lettres à Madame Hanska, édition établie par Roger Pierrot, Paris, R. Laffont, coll. Bouquins, 1990, t. I, p. 69.

25 Le marquis de Fronteira refuse en 1825 de servir en tant que secrétaire d’ambassade à Paris, poste indigne d’un grand du royaume. Fronteira, Memórias..., cit., t. II, p. 45-46. De même, Francisco de Almeida insiste à plusieurs reprises sur sa fierté d’être le descendant du premier vice-roi des Indes portugaises. Lavradio, Memórias, cit., vol. I, p. 193.

26 Lettre de Palmela à Cândido José Xavier du 12 février 1829, in José Joaquim Reis e Vasconcelos (éd.), Despachos e correspondência do duque de Palmela, Lisbonne, Imprensa nacional, 1851-1869, vol. IV, p. 380.

27 Lettre de Palmela à Cândido José Xavier du 6 février 1829, in Vasconcelos (éd.), Despachos e correspondência..., cit., vol. IV, pp. 355-356. Vitorino Nemésio, Exilados, 1828-1832. História sentimental e política do liberalismo na emigração, Lisbonne, Bertrand, 1946, p. 180.

28 Anonyme [Marquis de Palmela et J. A. Guerreiro], Manifesto dos direitos de Sua Majestade Fidelissima a Senhora Dona Maria Segunda e exposição da questão portugueza, Londres, R. Taylor, 1829, 62+*186 p. Deuxième édition portugaise : Rennes, J. Vatar, 1831, 333 p. Première édition française : Exposé des droits de Sa Majesté Très Fidèle Dona Maria II et de la question portugaise, avec les pièces justificatives et documents à l’appui, Paris, Borée et Hingray, 1830, 207 p. Les citations sont tirées de la première édition portugaise, de 1829.

29 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., pp. 22-41.

30 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., pp. 12-13 et 56.

31 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., p. 17. Sur la terreur miguéliste, voir également les pages 56 et seq.

32 Journal des Débats, 24 avril 1828, p. 1.

33 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., p. 19.

34 [Luís António de Abreu e Lima], La légitimité et le Portugal. Rêveries d’un Portugais, Bruxelles, Imprimerie de H. Rémy, mai 1829, p. 7.

35 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., p. 19.

36 Article du Times du 23 mai, cité in Journal des Débats, 26 et 27 mai 1828, p. 1.

37 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., p. 41.

38 [Palmela et Guerreiro], Manifesto..., cit., p. 59.

39 Françoise Watel, Jean-Guillaume Hyde de Neuville (1776-1857), conspirateur et diplomate, Paris, Direction de la Documentation du Ministère des Affaires Etrangères, 1997, p. 190.

40 Archives parlementaires, série II, t. 55, session du 4 juillet 1828, p. 543.

41 Archives parlementaires, série II, t. 61, session du 8 mars 1830, p. 552.

42 Archives parlementaires, série II, t. 61, session du 15 mars 1830, pp. 585-589. Le discours de Hyde de Neuville est publié dans le Constitutionnel des 25, 28 et 29 juillet ; il fait l’objet d’une publication à part, où est inclus le discours de Chateaubriand : Jean-Guillaume Hyde de Neuville, De la question portugaise, Paris, Delaunay, 1830, 87 p., traduit en portugais à Angra, la même année.

43 D. Francisco de Almeida, « Notice sur la vie et les travaux de M. Corréa de Serra (lue à la Société Philomatique de Paris le 17 avril 1824) », in Mémoires du Muséum d’Histoire naturelle, Paris, T. XI, 1824, pp. 215-229.

44 T.E. Bodwich, « Relation des découvertes des Portugais dans l’intérieur de l’Afrique, entre Angola et Mozambique, tirée de manuscrits originaux », in Nouvelles annales des voyages, de la géographie et de l’histoire, t. XXIII, 1824, pp. 203-235 et 350-381.

45 Le Constitutionnel, 27 mars 1829 ; Eduardo Montufar Barreiros, Os papeis do meu pae, Lisbonne, M. Gomes Editor, 1904, vol. I, p. 69 ; La Quotidienne, 28 mars 1829 ; Le Messager des Chambres, 29 mars 1829.

46 ANTT, MNE, AC, Legação de Paris, cx 599, reservado no 16, du 16 mai 1832.

47 Fronteira, Memórias, cit., t. II, pp. 174-175.

48 La correspondance du comte de Calhariz, fils de Palmela, avec son père, offre un bon panorama des relations sociales du marquis à Londres. ANTT, Arquivo de Casa Palmela, cx. 169.

49 Discours traduit et publié en portugais : James Mackintosh, Indicação e discurso do muito honrado Sir James Mackintosh na Câmara dos Comuns na sessão de segunda-feira 1 de Julho de 1829 sobre os negocios de Portugal, Londres, R. Greenlaw, 1829, 42 p.

50 Réponse de Lord Aberdeen à l’interpellations du whig Lord Melbourne à la Chambre des Lords le 18 février 1830, publiée in Hyde De Neuville, De la question portugaise, cit., p. 64.

51 A ce sujet le discours de Sir James Mackintosh à la Chambre des Communes, reproduit in The Times, no 13633, du 1 juillet 1828.

52 « […] old men hoped, and young men believed, that by patience, justice, and firmness, Portugal might attain, through the unremitting assistance of her fast and ancient ally, the blessings of peace and happiness, together with their best guarantee, rational liberty. », Anonyme, « Recent History, Present State and External Relations of Portugal », in The Edinburgh Review, vol. LIV, no CVII, août-déc. 1831, p. 416.

53 Anonyme [Luís António de Abreu e Lima], La légitimité et le Portugal, Bruxelles, Imprimerie de H. Rémy, 1829, 19 p.

54 Anonyme [Luís António de Abreu e Lima], Investigations politiques de Mr. d’Albemireau, Bruxelles, 1830. [Trad. portugaise : Investigações políticas de Mr. d’Albemireau, Londres, L. Thompson, 1832, 59 p.] Abreu e Lima fait explicitement référence à l’Histoire de la civilisation en Europe de Guizot.

55 Burrow, Whigs and Liberals..., cit.

56 Carvalho, Vida do duque de Palmela..., cit., t. II, p. 257.

57 Lettre de Silva Carvalho à Palmela, du 15 août 1830, in Vianna, José da Silva Carvalho..., cit., vol. I, pp. 48-52.

58 Lettre du 3 août 1830 de Filipe de Souza Holstein à son frère, ANTT, MNE, Arquivo de Casa Palmela, cx. 170.

59 Il ne s’y résoudra qu’en octobre 1830. ANTT, MNE, AC, Legação de Londres, cx 756, Reservado no 14 du 15 octobre 1830.

60 Voir les lettres de Funchal à Lord Holland et à Lord Grey de novembre 1830. ANTT, MNE, Documentos privados de natureza diplomática, cx 961, Minutas e cópias de cartas de Funchal para varios, 1820-1831.

61 Lettre de Silva Carvalho à Gonçalves de Miranda, 12 septembre 1830, in Vianna, José da Silva Carvalho..., cit., vol. I, p. 62.

62 En août 1829, Silva Carvalho se rend à Paris avec le jurisconsulte José Ferreira Borges, comme lui un des chefs du libéralisme de 1820, et les deux portugais rencontrent, d’après la police française, tous les personnages marquants du parti libéral en France. ANF, F7 6735, rapport de police du 19 août 1829.

63 Lettre de Palmela à Silva Carvalho du 20 septembre 1830 et réponse de celui-ci du 14 octobre, in Vianna, José da Silva Carvalho..., cit., vol. I, pp. 52-56.

64 Maria de Fátima Bonifácio (éd.), Memórias do duque de Palmela, transcription, préface et notes de Maria de Fátima Bonifácio, Alfragide, Don Quixote, 2011.

65 ANTT, AC, Legação de Londres, cx 758, lettre réservée no 15 de Abreu e Lima à la régence, 2 juin 1832 ; no 40 du 12 octobre 1832 ; reservados e ostensivos de Abreu e Lima à la régence, d’août à octobre 1832 ; ANTT, MNE, Arquivo das Legações, Londres, Liv. no 462, lettre no 12 du comte de Funchal à la régence, du 19 septembre 1832 et Liv. 463, lettre no 77 du comte de Funchal à la régence, du 20 mai 1833.

66 Il n’arrête pas de s’en plaindre. Par exemple : Ofícios reservado no 5 du 23 avril 1832, et no 16 du 16 mai 1832, ANTT, AC, Legação de Paris, cx. 599.

67 Ofício no 47 du 8 février 1833 de F. de Almeida au ministre des Affaires Etrangères, ANTT, MNE, AC, Legação de Paris, cx 600.

68 Par exemple : Journal des Débats, 30 août 1831, p. 3.

69 Isabel Lustosa, « O séjour de D. Pedro I em Paris e a imprensa francesa : familiaridade e exotismo », in História (São Paulo), vol. 31, no 2, 2012, p. 171-190.

70 Carvalho, Vida do duque..., cit., vol. II, p. 394.

71 Arquivo Histórico militar, processos individuais, « Saint-Léger de Bemposta, Théodore Etienne », cx 815.

72 Nemésio, Exilados..., cit., pp. 178-179.

73 Lavradio, Memórias, cit., t. II, pp. 289-293.

74 ANTT, MNE, AC, Legação de Paris, cx 599, ofício reservado no 31 du 6 décembre 1830 et MNE, Arquivo das Legações, Londres, Copiador de ofícios do conde do Funchal, Liv. 462, ofício no 4 du 23 mars 1832.

75 ANTT, AC, Legação de Paris, cx 600, ofício reservado no 97 du 8 mars 1833.

76 Dès le mois de septembre 1830, Francisco de Almeida demande au gouvernement français d’envoyer des navires de guerre au Portugal. Il demande au consul portugais au Havre de convaincre les commerçants du port de demander l’aide du gouvernement pour “ protéger » les négociants français à Lisbonne et Setúbal. ANTT, AC, Legação de París, cx 599, ofício reservado no 17 du 17 septembre 1830. Le 3 mars 1831, les bateaux partent. ANTT, AC, Legação de Paris, cx 599, ofício reservado no 49 du 3 mars 1831.

77 ANTT, AC, Legação de Paris, cx 599, ofício no 27 du 22 octobre 1832, et cx 600, ofício reservado no 10 du 29 mars 1833.

78 Dépêche no 82 du 11 janvier 1832 du consul sarde à Lisbonne au ministre des affaires étrangères à Turin. Archivio di Stato di Torino, Mat. pol. p. rap. est., Consolati nazionali, Lisbona, mazzo 4.

79 ANTT, MNE, Arquivo das Legações, Londres, Copiador de ofícios do conde do Funchal, Liv. 462, ofício no 3 du comte de Funchal à Palmela, du 2 juin 1832.

80 Les copies des lettres de protestation, datées du 25 juin 1832, sont transmises par l’ambassadeur sarde à Madrid, le comte Solaro della Margherita, à son gouvernement. Archivio storico diplomatico, Rome, Legazioni sarde, Madrid, b. 14, fasc. 7.

81 ANTT, AC, Legação de Paris, cx 600, ofícios reservados nos 80-86, janvier 1833 ; Gazeta de Lisboa, 8 janvier et 23 février 1833.

82 Information du consul pontifical à Porto transmise par le nonce ecclésiastique à Lisbonne : Arch. Seg. Vaticano, Segr. Stato, Esteri (parte moderna), Nunziatura di Lisbona, b.444, fasc. 2, dépêche no 223 du 24 novembre 1832 ; Centre des archives diplomatiques de Nantes, Porto, consulat, série A, no 15, lettres de protestation des autorités miguélistes au consul français, janvier 1833.

83 Emilio La Parra, Los Cien Mil Hijos de San Luís. El ocaso del primer impulso liberal en España, Madrid, Editorial Síntesis, 2007, 398 p.

84 Gonçalo Butrón Prida, Nuestra sagrada causa. El modela gaditano en la revolución piamontesa de 1820, Cádiz, Ayuntamento de Cádiz, 2006, p. 120 et seq.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Grégoire Bron, « La diplomatie du libéralisme portugaiset la solidarité aristocratique internationale (1828-1832) », Ler História, 68 | 2015, 9-31.

Referência eletrónica

Grégoire Bron, « La diplomatie du libéralisme portugaiset la solidarité aristocratique internationale (1828-1832) », Ler História [Online], 68 | 2015, posto online no dia 18 Março 2016, consultado no dia 16 Agosto 2017. URL : http://lerhistoria.revues.org/1677 ; DOI : 10.4000/lerhistoria.1677

Topo da página

Autor

Grégoire Bron

Universidade de Neuchâtel

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Ler História está licenciado com uma Licença Creative Commons - Atribuição-NãoComercial 4.0 Internacional.

Topo da página
  • Logo ISCTE-IUL
  • Logo FCT
  • Revues.org